en English
ar Arabiczh-CN Chinese (Simplified)nl Dutchen Englishfr Frenchde Germanit Italianpt Portugueseru Russianes Spanish

Family Planning Services During the First Wave of COVID-19 in Four West African Countries

Lessons from a Study

Disponible en Français, ci-dessous >>

Assessing the influence of crises on health services is often retrospective, with evidence from studies informing responses to future crises. At Pathfinder, we decided to take a different approach through the USAID-funded AmplifyPF project. As the COVID-19 pandemic unfolded, we conducted a study across 17 urban and peri-urban districts in Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Niger, and Togo that assessed the influence of the crisis on family planning services.

Data collected through the study has provided practical insights about how to sustain family planning services during the pandemic. Study findings will continue to help decision makers adjust ongoing pandemic mitigation measures, stabilize health services, and prepare for subsequent waves and future disease outbreaks.

The study, “Family Planning Services During the First Wave of COVID-19 in Four Francophone West African Countries: Continuity, Utilization, and Adaptation in AmplifyPF Intervention Districts,” shows that through various approaches in each country, family planning services were sustained at pre-pandemic levels—in other words, the pandemic did not have significant effects on the provision of services. Governments took quick action to mitigate the effects of the pandemic, thereby keeping the levels of disruptions to delivery and use of essential health services below those anticipated.

Governments deemed family planning services essential, reorganized personnel where necessary, implemented COVID-19 prevention and treatment protocols nationwide, and collaborated with development partners. The study exhibits that maintaining continuity and use of family planning services during a pandemic is feasible when ministries of health act in collaboration with their partners to deliver an efficient, timely, and unified response that is accompanied by widespread, multichannel, supportive messaging.

Soflimata Kwadjo Mawouena, a community health worker, provides family planning counseling to a client in the district of Badja in Togo. Photo: Louis Odah Ayéfounin

Family planning service provision

While the countries did see a decrease in the number of family planning clients visiting facilities during COVID-19-related lockdowns in the first two months of the pandemic, health-system stakeholders diligently advocated for continuity of family planning services, which steered swift action by ministries of health, including timely public messaging and resource deployment to generate demand for essential health services. In Côte d’Ivoire and Togo, stakeholders observed an emerging preference for DMPA-SC self-injection and long-acting methods among clients.

In all four countries, family planning providers discussed COVID-19 with clients and reinforced infection prevention and control measures during service delivery. The four countries noted an initial shortage of personal protective equipment for health care providers and focused management of COVID-19 within the health system through the reinforcement of five main infection prevention and control measures:

  • Compulsory masking
  • Systematic handwashing at key entry points of health facilities
  • Use of alcohol-based hand sanitizer by care providers
  • Taking temperature of all who enter health facilities’ premises
  • Physical distancing

Some modifications to services were made, including temporary suspension of group health discussions and home visits from community health workers, reductions in service hours in some countries, relocation of services and redeployment of staff, reorganization of waiting and consultation rooms, and some limited virtual service provision.

Mass communications and campaigns

All four countries leveraged experience and infrastructure from their responses to Ebola, bird flu, and other outbreaks to respond quickly to the COVID-19 pandemic with campaigns to dispel misinformation, national and regional coordination of multisectoral collaboration, and local research into treatment and production of prevention and care materials. Campaigns and messaging were delivered through mass media, including radio spots, national and private television stations, social networks, billboards, mobile operators, in addition to posters and leaflets at health facilities and door-to-door awareness raising. These multi-level, multi-channel efforts helped overcome prominent barriers to health messaging, including certain social and cultural norms, certain religious beliefs, disbelief in COVID-19 and related failure to comply with prevention measures, as well as rumors about the unavailability of services and service providers.

Community dialogue on child education and parent-child relationship in the Village of Goberi Dosso (Republic of Niger). Photo: Tagaza Djibo

Recommendations to health systems

We encourage governments and health programs to consider several important lessons from the study when preparing for and responding to future outbreaks:

  • Engaging adolescents and youth in prevention efforts and mobilizing them to use essential sexual and reproductive health services, including family planning, during outbreaks, is critical to slowing the spread of disease and maintaining overall health and wellbeing.
  • Use of long-acting contraceptive methods and self-care options such as self-injection of subcutaneous DMPA is an effective way to reduce both client contact with health centers and contraceptive discontinuation during outbreaks or other emergencies.
  • Health workers can serve as role models to promote infection-prevention measures such as handwashing, disinfection of surfaces, and mask-wearing during and beyond outbreaks.
  • Emergency preparedness—including training, supplies and equipment, contingency planning, and resource allocation—is critical to health-system response and resilience.
  • Community engagement strategies, including community relays, mentors, mobile clinics, and community-based distribution of contraceptives, are highly effective in ensuring continuity of sexual and reproductive health and family planning services.
  • Use of communication technologies to offer remote health services and monitor activities is another high-impact strategy to maintaining health services during an outbreak.
About the study methodology

Qualitative data collection methods included key informant interviews with representatives of Ministry of Health, community organizations and municipalities, family planning providers, and AmplifyPF team members from July to August of 2020. Quantitative data collection methods included a desk review of Ministry of Health protocols, directives, and documentation and secondary analysis of family planning service statistics that cover the period from July 2018 to December 2020.

Read the full study report >>


Les services de planification familiale durant la première vague du COVID-19 dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest : Leçons d’une étude

Par Dr Aguima Frank Tankoano, Directeur Régional du Projet AmplifyPF ; Dr Hassane Atamo, Directeur Technique du Projet AmplifyPF ; Dr Dela Nai, Conseilleère en recherche au Projet AmplifyPF

L’évaluation de l’influence des crises sur les services de santé est souvent rétrospective. De ce fait, les informations recueillies ne sont utiles que pour la gestion des crises sanitaires futures. Pathfinder a décidé d’adopter une autre approche. Ainsi, grâce au projet AmplifyPF financé par l’Agence américaine pour le développement international (USAID), Pathfinder a saisi l’opportunité d’évaluer l’influence du COVID-19 sur la prestation et l’utilisation des services de planification familiale dans 17 districts d’intervention à travers les zones urbaines et périurbaines des quatre pays du projet : Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Niger et Togo.

Les résultats obtenus de cette étude fournissent des données pratiques qui permettent d’assurer la continuité des services de planification familiale lors des pandémies.  Par exemple, les trouvailles de l’étude aideront les décideurs à ajuster les mesures d’atténuation de la pandémie en cours, à stabiliser les services de santé et à se préparer aux vagues suivantes et aux futures épidémies.

L’étude intitulée : « Les services de planification familiale durant la première vague de COVID-19 dans quatre pays francophones de l’Afrique de l’Ouest : Continuité, Utilisation et Adaptation dans les Districts d’Intervention d’AmplifyPF » montre qu’à travers diverses approches adoptées par chacun des quatre pays, les services de planification familiale ont maintenu leurs offres aux demandeurs. En d’autres termes, la pandémie du COVID-19 n’a pas affecté de façon significative l’offre des services de planification familiale. Les Gouvernements ont rapidement pris des mesures préventives pour atténuer les effets de la pandémie. Ainsi, dans les quatre pays, les représentants des ministères de la santé ont décrit des stratégies nationales qui combinent des messages de masse sur la prévention et le contrôle des infections avec un accès continu aux services de santé, notamment à la planification familiale. L’étude a révélé qu’on peut maintenir la continuité et l’utilisation des services de planification familiale lors des pandémies si les Ministères de la santé collaborent avec leurs partenaires pour fournir une riposte unifiée, efficiente et opportune en diffusant pour les populations des messages appropriés sur plusieurs canaux de communication.

Soflimata Kwadjo Mawouena, agent de santé communautaire, fournit des conseils en matière de planification familiale à un client dans le district de Badja au Togo. Photo : Louis Odah Ayéfounin

Continuité de l’offre des services de planification familiale

Les parties prenantes du système de santé des quatre pays ont observé une diminution de la fréquentation et du suivi des clients ainsi que de la demande de services de planification familiale au début de la pandémie. Elles ont alors diligenté des actions de plaidoyer pour la continuité des services de planification familiale, notamment la diffusion des messages pour le grand public, le redéploiement des ressources pour créer la demande des services essentiels de santé. En Côte d’Ivoire et au Togo, les parties prenantes ont observé une préférence émergente des clients pour l’auto-injection du DMPA-SC et les méthodes de longue durée.

Dans tous les quatre pays, les prestataires des services de planification familiale ont sensibilisé les clients sur le COVID- 19 et les mesures barrières comme moyen de prévention des infections.

Les quatre pays ont constaté une pénurie initiale d’équipements de protection individuelle pour les prestataires de soins de santé et ont axé la gestion du COVID-19 au sein du système de santé sur le renforcement de cinq mesures principales de prévention et de contrôle des infections :

  • Le port obligatoire de masques de protection
  • Lavage systématique des mains aux principaux points d’entrée des services des santé
  • Utilisation du gel hydroalcoolique pour les mains
  • Prise de température de toutes les personnes qui entrent dans les locaux
  • Distanciation physique

Enfin, dans les quatre pays, les services de planification familiale ont été jugés essentiels ; ceci leur a permis de rester disponibles pendant les premières périodes de confinement, avec des modifications ou restrictions  telles que la suspension temporaire des discussions de groupe sur la santé, les visites à domicile par les agents de santé communautaire, la réduction des heures de service dans certains pays, la délocalisation  des services et redéploiement du personnel selon les besoins, la réorganisation des salles d’attente et des salles de consultation pour la distanciation physique, et enfin la fourniture de certains services en ligne.

Campagnes et communications de masse

L’étude a révélé que les quatre pays de mise en œuvre du projet AmplifyPF ont tiré parti de l’expérience et de l’infrastructure acquises lors de leurs réponses à Ebola, à la grippe aviaire et à d’autres épidémies pour réagir rapidement à la pandémie duCOVID-19 en menant des campagnes de désinformation, en assurant la coordination nationale et régionale de la collaboration multisectorielle et en menant des recherches locales sur le traitement et la production de matériel de prévention et de soins. Les campagnes et les messages ont été diffusés par les médias de masse (y compris les programmes de radio nationaux et communautaires et les spots de diffusion en plusieurs langues), les chaînes de télévision nationales et privées, la presse en ligne, les réseaux sociaux, les panneaux d’affichage, les opérateurs de téléphonie mobile, les affiches et les dépliants dans les établissements de santé et la sensibilisation en porte-à-porte. Ces efforts multi-niveaux et multi-canaux ont permis de surmonter des obstacles importants aux messages de santé, notamment certaines normes sociales et culturelles, certaines croyances religieuses, l’incrédulité à l’égard du COVID-19 et le non-respect des mesures de prévention qui en découle, ainsi que les rumeurs sur l’indisponibilité des services et des prestataires.

Dialogue communautaire sur l’éducation des enfants et la relation parent-enfant au Village de Goberi Dosso (République du Niger). Photo : Tagaza Djibo

Recommandations à l’endroit des systèmes de santé

L’étude a permis de dégager plusieurs leçons que les Gouvernements et les systèmes de santé devront prendre en compte lors de futures épidémies :

  • Il est essentiel de faire participer les adolescents et les jeunes aux efforts de prévention et de les mobiliser pour qu’ils utilisent les services essentiels de santé sexuelle et reproductive, y compris la planification familiale, pendant les épidémies, afin de ralentir la propagation de la maladie et de préserver la santé et le bien-être général.
  • L’utilisation de méthodes contraceptives à longue durée d’action et d’options d’autosoins telles que l’auto-injection du DMPA sous-cutané est un moyen efficace de réduire à la fois le contact des clients avec les centres de santé et l’interruption de la contraception pendant les épidémies ou autres urgences.
  • Les agents de santé peuvent servir de modèles pour promouvoir les mesures de prévention des infections telles que le lavage des mains, la désinfection des surfaces et le port du masque pendant et après les épidémies.
  • La préparation aux situations d’urgence – y compris la formation, les fournitures et l’équipement, les plans d’urgence et l’affectation des ressources – est essentielle à la réponse et à la résilience du système de santé.
  • Les stratégies d’engagement communautaire, notamment les relais communautaires, les mentors, les cliniques mobiles et la distribution communautaire de contraceptifs, sont très efficaces pour assurer la continuité des services de santé sexuelle et reproductive et de planification familiale.
  • L’utilisation des technologies de communication pour offrir des services de santé à distance et surveiller les activités est une autre stratégie à haut impact pour maintenir les services de santé pendant une épidémie.
A propos de la méthodologie de l’étude

La méthodologie de l’étude combine les méthodes qualitatives et quantitatives. Les méthodes qualitatives de collecte des données incluent la conduite des entretiens avec les informateurs clés du ministère de la santé, les prestataires de services de planification familiale au niveau des établissements de santé, les représentants d’organisations communautaires et de municipalités et les membres des équipes pays d’AmplifyPF. La collecte de données s’est déroulée de juillet à août 2020.  

La collecte des données quantitatives inclut une étude documentaire des protocoles, directives et documents pertinents du ministère de la Santé concernant l’impact de COVID-19 sur les services de planification familiale. Elle inclut également une analyse secondaire des statistiques des services de planification familiale couvrant la période de juillet 2018 à décembre 2020.