Skip to content

Story and Perspective

This World Health Worker Week, Health Workers Say “Invest in Us!”

Burkina Faso Democratic Republic of the Congo

In honor of World Health Worker Week, we interviewed health workers from Burkina Faso and Democratic Republic of the Congo (DRC). They told us about their proudest moments, what investments in their profession have helped them along the way, and what investments are still needed. These health workers are essential partners to Pathfinder. They make the work Pathfinder does—strengthening health systems and forging resilient pathways to sexual and reproductive health and rights for all—possible.

Anastasie Numbi Kakoshi
Head of the Family Planning Unit, National Reproductive Health Program

Democratic Republic of the Congo

From a young age, Anastasie has been passionate about joining the health profession. Beginning her career at Hakika General Hospital in DRC’s Ruashi Health Zone, she became Director of Nursing, where she oversaw family planning services. In 2005, she joined the National Reproductive Health Program, where she received training in reproductive health and family planning, allowing her to be a clinical provider and national provincial trainer. She currently works in the maternity ward of Sendwe Provincial Hospital in Lubumbashi, focusing on family planning activities. In this role, she supervises and coaches health care providers, including those who work at hospitals, health centers, and in communities. 

What investments have been made by governments and donors in the health workforce that have helped you to do your job?

Donors have invested heavily in health personnel at both the national and provincial levels. Thanks to their support, we have benefited from quality training that has improved our performance. These donors have also contributed a lot to strengthening the capacity of health centers, including investments in medical equipment and various contraceptive methods to ensure the continuity of family planning and maternal and newborn health services.

What investments still need to be made?

In our province of Haut-Katanga in Democratic Republic of the Congo, we need to scale up community-based distribution—specifically, the training of community-based distributors in the health areas where the needs of thousands of people are still unmet. The government and its partners must also invest in the promotion of prenatal consultations. All pregnant women can benefit from at least four prenatal consultation visits and giving birth in a health facility with the help of qualified health personnel.

How do you see your career developing over the next few years, and how can government investments help you to reach your goals?

I am very happy with what I have accomplished so far. My journey in the field of reproductive health has allowed me to save lives and enable women in my province to flourish.

I am currently participating in advocacy visits to request more investments from the government and technical and financial partners in reproductive health and maternal and newborn health. Public investments help us to achieve our goals by giving us the means to do our work and strengthen our capacities at any time.

What advice would you give to people who want to pursue a career in sexual and reproductive health care?

I encourage anyone who wants to do sexual and reproductive health work because there is still a huge unmet need. Sexual and reproductive health brings smiles to families, to the community, and to the whole country. To reduce maternal mortality, many of us must work in sexual and reproductive health.

What is the proudest moment in your career? Can you tell us a short story about someone you’ve helped?

I am always proud when, after a discussion with a couple about the benefits of family planning or any other topic, I can convince them to adopt family planning, request a service such as an antenatal consultation, or to agree to give birth at a health facility. One of the experiences that really touched me was during a home visit. I met a woman with six children who was having a lot of financial difficulties. She could not work because of her closely spaced pregnancies. Among her children, only three were in school because she could not afford to send them all. After several visits to her home and discussions with her husband, she finally agreed to family planning and received a long-acting method. After only a few years, she was able to develop a small chicken farm that generates profits and provides meat for the family. Today, all six children are in school, and her husband has become a positive deviant who educates other men, especially newlyweds, about family planning and reproductive health in general. I have even become a friend and counselor to this family.

Marie M’Po Bazie
Head of the La Grâce, Non-governmental Health Center

Burkina Faso

For 44 years, Marie has been a health worker. She became committed to the health profession when she was a teenager, her mother was very sick, and a doctor was able to help her. Although she retired seven years ago, in her retirement, she created the health center, La Grace, to continue to help women. Each day, providers at La Grace deliver babies and provide essential sexual and reproductive health care to women.

What investments have been made by governments and donors in the health workforce that have helped you to do your job?

The government helps us with administrative materials such as registers and provides supervision. There is a lot of interaction between us and the health district. Pathfinder has provided us with medical and technical equipment and has trained our staff in several useful family planning techniques. Before, we had to refer some clients to better equipped health facilities because we had neither the equipment nor the training at La Grace. With Pathfinder’s support today, the number of referrals has dropped significantly.

What investments still need to be made?

We continue to ask for technical and material support to help us take on more patients. We also need regular refresher trainings to do better in our day-to-day work.

How do you see your career developing over the next few years, and how can government investments help you to reach your goals?”

At La Grace, we are in discussion with the Ministry of Health to become recognized as a semi-private health structure in order to benefit from regular refresher trainings for our staff. There are many challenges in integrating trained health care workers into the public health system.  We hope that it has the means to achieve this massive integration, which will greatly strengthen the health system.

What is the proudest moment in your career? Can you tell us a short story about someone you’ve helped?

I am proud of my journey, having helped hundreds of women over the years. It is a real blessing.

I’m even prouder that I was able to help my mother get through her illness. This is priceless. Many women have been able to give birth to children because of my advice. Some had lost all hope but with my advice and care they were able to have children. Many come back to me to say thank you. This recognition is invaluable.

Safiata Tiemtore Tiendrebeogo
Midwife and Head of the Maternity Ward, Al-Haira Islamic Medical Center

Burkina Faso

As a young child, Safiata wanted to be a health care worker and serve others. After finishing graduate school, she officially joined the health field. She is happy she did, telling us,

Even when I’m unhappy and I get to work, when I’m helping a woman give birth, I forget my worries at least for a while.

She currently serves an average of 10 to 15 clients per day with sexual and reproductive health care.

What investments have been made by governments and donors in the health workforce that have helped you to do your job?

The government is very supportive. It allows organizations like Pathfinder to help us with development and equipment. Since the government does not include private health centers in all its programs, for me, it is an important point to allow other organizations to do so. Today, Pathfinder’s support makes my work as a health worker much easier.

What investments still need to be made?

In my daily work, I always need to learn new work techniques because science is evolving. So, there is a need for continued trainings. We also need to have state-of-the-art equipment to better care for our patients and make our work easier.

How do you see your career developing over the next few years, and how can government investments help you to reach your goals?

In the next few years, I would like to specialize in gynecology. It is a passion, and I still have a lot to learn and give. It will help me a lot to have a grant from the government as scholarship for studies. I thank Pathfinder who is already working on the continuous training of health workers like me, allowing us to improve ourselves frequently. With the support and will of all, I have faith that the future will be better.

What is the proudest moment in your career? Can you tell us a short story about someone you’ve helped?

In 2022, I went to the market one morning to do some shopping. I heard a woman yelling, “Madam, madam!” Surprised, I turned around and it was me she was talking to, but I didn’t know her. She insisted and reminded me how I helped her deliver her child, and noted the professionalism with which she was treated. It is heartwarming to be called out in public and receive such recognition for one’s work. For me, there is no moral satisfaction that exceeds that. This testimony encourages me to continue to help more women with pleasure and professionalism. I feel the constant need to be of service to those who need my services.

Nassirou Napon
Chief Nurse, La Grâce, Non-governmental Health Center

Burkina Faso

Nassirou’s older brother encouraged him to be a health worker. He chose reproductive health to help his mother, who is also a health worker at La Grace Health Center. He said he has learned a lot about sexual and reproductive health from his mother and Pathfinder trainings. He is currently a nurse, playing several roles at the health center, including a coordination role for the maternity ward. He sees an average of 15 patients a day.

What investments have been made by governments and donors in the health workforce that have helped you to do your job?

As far as the government is concerned, the Ministry of Health has contributed a lot to improving the quality of our data. For example, it is the health district that provides us with the consultation registers, and it is there that we file our reports.

In addition, as a health worker, I did my training at the public school. I can therefore say that it is thanks to this public support that I am a health worker today.

As far as private partners are concerned, it is only Pathfinder that helps us with our training and equipment. I have been able to perform well thanks to this important support from Pathfinder.

What investments still need to be made?

What we would like to see in terms of support today is, first, that the Ministry of Health continue to keep an eye on the non-governmental health structures through supervision and control to guide us. In addition, we also hope that the government will invest in the acquisition of medical and technical equipment and the training of health care workers to help us work better.

How do you see your career developing over the next few years, and how can government investments help you to reach your goals?

My first ambition today is to do my best to join the public service. This will allow me to be useful to more people in my work. Secondly, I would like to specialize in a field of health, such as surgery or pediatrics. This is one of the reasons why I want to enter the public service where I will have more opportunities to achieve these career goals. Otherwise, it would be nice if the Ministry of Health would integrate more non-governmental health facilities into its overall strategy to allow their health workers to take advantage of certain training opportunities.

What is the proudest moment in your career? Can you tell us a short story about someone you’ve helped?

One day, a woman came to the dispensary with her child. She had been to several health centers, but the child’s condition was not improving. An acquaintance told her to come to our health center. I took charge of the child and after a few days, he recovered. I soon forgot about this episode, as I was just doing my job. One day, while riding a motorcycle with a friend, we had a flat tire. Once at the repair shop, a woman stopped me and thanked me for healing her child. I couldn’t remember what had happened, but she reminded me. It is a very proud moment to be in a place and receive such a testimony when you least expect it.


En cette semaine mondiale des agents de santé, les agents de santé disent “Investissez en nous !

À l’occasion de la Semaine mondiale des agents de santé, nous avons interrogé des agents de santé du Burkina Faso et de la République Démocratique du Congo (RDC). Ils nous ont parlé des moments dont ils sont le plus fiers, des investissements dans leur profession qui les ont aidés tout au long de leur parcours et des investissements qui sont encore nécessaires. Ces professionnels de la santé sont des partenaires essentiels de Pathfinder. C’est grâce à eux que le travail de Pathfinder – qui consiste à renforcer les systèmes de santé et à ouvrir des voies résilientes vers la santé et les droits sexuels et reproductifs pour tous – est possible.

Anastasie Numbi Kakoshi
Cheffe cellule de planification familiale au Programme National de la Santé de la Reproduction

Democratic Republic of the Congo

Depuis son plus jeune âge, Anastasie est passionnée par les professions de la santé. Elle a commencé sa carrière à l’hôpital général Hakika, dans la zone de santé de Ruashi, en RDC, où elle est devenue directrice des soins infirmiers et a supervisé les services de planification familiale. En 2005, elle a rejoint le Programme National de la Santé de la Reproductive, où elle a reçu une formation en santé reproductive et en planification familiale, ce qui lui a permis de devenir prestataire clinique et formatrice provinciale au niveau national. Elle travaille actuellement à la maternité de l’hôpital provincial de Sendwe à Lubumbashi, où elle se focalise sur les activités de planification familiale. À ce titre, elle supervise et accompagne les prestataires de soins de santé, y compris ceux qui travaillent dans les hôpitaux, les centres de santé et la communauté.

Quels sont les investissements réalisés par le gouvernement et les bailleurs dans les agents de santé qui vous ont aidé à mieux faire votre travail ?

Les bailleurs ont beaucoup investi dans les agents de santé, tant au niveau national que provincial. Grâce à leur soutien, nous avons bénéficié d’une formation de qualité qui a permis d’améliorer nos performances. Ces bailleurs ont également beaucoup contribué au renforcement des capacités des centres de santé, notamment en investissant dans du matériel médical et diverses méthodes contraceptives pour assurer la continuité des services de planning familial et de santé maternelle et néonatale.

Quels sont les investissements qui doivent encore être faits ?

Dans notre province du Haut-Katanga en République démocratique du Congo, nous avons besoin de renforcer la distribution à base communautaire, notamment la formation des distributeurs à base communautaire dans les aires de santé où les besoins de milliers de personnes ne sont pas encore satisfaits. Le gouvernement et ses partenaires doivent également investir dans la promotion des consultations prénatales. Toutes les femmes enceintes doivent pouvoir bénéficier d’au moins quatre consultations prénatales et accoucher dans un centre de santé avec l’aide d’un agent de santé qualifié.

Comment envisagez-vous l’évolution de votre carrière au cours des prochaines années et comment les investissements publics peuvent-ils vous aider à atteindre vos objectifs

Je suis très heureuse de ce que j’ai accompli jusqu’à là. Mon parcours dans le domaine de la santé reproductive m’a permis de sauver des vies et de permettre aux femmes de ma province de s’épanouir. 

Je participe actuellement à des visites de plaidoyer pour demander au Gouvernement et aux partenaires techniques et financiers d’investir davantage dans la santé reproductive et dans la santé maternelle et néonatale. Les investissements publics nous aident à atteindre nos objectifs en nous donnant les moyens de faire notre travail et de renforcer nos capacités à tout moment.

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui souhaitent poursuivre une carrière dans les soins de santé sexuelle et reproductive ?

J’encourage tous ceux qui souhaitent travailler dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive, car il existe encore d’énormes besoins non satisfaits. La santé sexuelle et reproductive apporte le sourire aux familles, à la communauté et au pays tout entier. Pour réduire la mortalité maternelle, nous devons être nombreux à travailler dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive.

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ? Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’une personne que vous avez aidée ?

Je ressens toujours un sentiment de fierté, quand après une discussion avec un couple sur les avantages de la planification familiale ou tout autre sujet, j’arrive à les convaincre d’adopter la planification familiale ou de demander un service de santé comme la consultation prénatale ou encore d’accepter d’aller accoucher dans une formation sanitaire. L’une des expériences qui m’a beaucoup touché, c’était l’ors d’une visite à domicile. J’avais rencontré une femme qui avait six enfants et qui avait beaucoup de difficultés financières. Elle ne pouvait pas travailler à cause de ses grossesses rapprochées. Parmi ses enfants trois, seulement, étaient scolarisés parce qu’elle n’avait pas les moyens. Après plusieurs visites chez elle et des discussions en compagnie de son mari, elle a fini par adhérer à la planification familiale et a reçu une méthode à longue durée d’action. Après quelques années, seulement, elle a réussi à développer un petit élevage de poulets qui génère des bénéfices et donne de la viande à la famille. Aux jours d’aujourd’hui, tous les six enfants vont à l’école et son mari est devenu un déviant positif qui sensibilise les autres hommes, surtout les nouveaux mariés, sur la planification familiale et la santé de la reproduction en général. Je suis même devenue une amie et conseillère pour cette famille.

Marie M’Po Bazie
responsable de la formation sanitaire non-gouvernementale “La Grâce”

Burkina Faso

Marie travaille dans le secteur de la santé depuis 44 ans. Elle s’est engagée dans cette profession lorsqu’elle était adolescente, sa mère avait été très malade et a pu être aidée par un médecin. Bien qu’elle ait pris sa retraite il y a sept ans, elle a créé le centre de santé La Grâce pour continuer à aider les femmes. Chaque jour, les prestataires de santé de La Grâce procèdent à des accouchements et fournissent aux femmes des soins essentiels en matière de santé sexuelle et génésique.

Quels sont les investissements réalisés par le gouvernement et les bailleurs dans les agents de santé qui vous ont aidé à mieux faire votre travail ?

Le gouvernement nous aide avec du matériel administratif tel que les registres et la supervision. Il y a beaucoup d’interaction entre nous et le district sanitaire. Pathfinder pour sa part nous a fourni du matériel médico-technique et a formé nos agents en plusieurs techniques utiles dans la planification familiale. Avant, on était obligé de référer certaines clientes à des formations sanitaires plus équipées parce qu’on n’avait ni le matériel ni la formation adéquate ici à La Grâce. Avec l’appui de Pathfinder, aujourd’hui, le nombre de cas référés a beaucoup baissé.  

Quels sont les investissements qui doivent encore être faits ?

Nous continuons à demander de l’appui technique et matériel pour nous aider à prendre en charge plus de patientes. Nous avons aussi besoin de recyclages réguliers dans notre travail.

Comment envisagez-vous l’évolution de votre carrière au cours des prochaines années et comment les investissements publics peuvent-ils vous aider à atteindre vos objectifs ?

À La Grâce, nous sommes en discussion avec le ministère de la santé pour avoir un statut de structure sanitaire semi-privé afin de bénéficier des sessions régulières de recyclage de nos agents de santé. Il y a beaucoup de défis pour intégrer les personnes formées en tant qu’agent de santé dans la fonction publique. Nous prions qu’il ait les moyens de parvenir à cette intégration massive qui permettra un meilleur renforcement du système de santé.

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ? Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’une personne que vous avez aidée ?

Je suis fier de tout mon parcours, d’avoir aidé des centaines de femmes depuis toutes ces années, c’est une réelle bénédiction.

Je suis encore plus fier d’avoir pu aider ma mère à sortir de sa maladie. Cela n’a pas de prix. De nombreuses femmes ont pu mettre au monde des enfants grâce à mes conseils. Certaines avaient perdu tout espoir, mais avec mes prescriptions, elles ont pu avoir des enfants. Beaucoup reviennent vers moi pour me dire merci. Cette reconnaissance n’a pas d’égal.

Safiata Tiemtore Tiendrebeogo
sage-femme et responsable de la maternité du centre médical Islamique Al-haira 

Burkina Faso

Depuis son plus jeune âge, Safiata rêvait de devenir agent de santé et de se mettre au service des autres. Après avoir terminé ses études supérieures, elle a rejoint le secteur de la santé. Elle est heureuse de l’avoir fait et nous dit :

Même quand je suis mécontente et que j’arrive au travail, quand j’aide une femme à accoucher, j’oublie mes soucis, au moins pour un moment.

Actuellement, elle prend en charge entre 10 à 15 clientes par jour en moyenne, pour des soins de santé sexuelle et reproductive.

Quels sont les investissements réalisés par le gouvernement et les bailleurs dans les agents de santé qui vous ont aidé à mieux faire votre travail ?

Le gouvernement nous apporte un grand appui. Il permet aux organisations comme Pathfinder de nous aider en matière de perfectionnement et d’équipement. Vu que le gouvernement n’intègre pas les structures privées dans tous ses programmes, pour moi, c’est un point important que de permettre à d’autres structures de le faire. Aujourd’hui, l’appui de Pathfinder me facilite beaucoup mon travail d’agent de santé. 

Quels sont les investissements qui doivent encore être faits ?

Dans mon travail quotidien, j’ai toujours besoin d’apprendre de nouvelles manières de travailler parce que la science évolue. Il y a donc un besoin de formations continues. Nous avons également besoin d’avoir du matériel à la pointe de la technologie pour mieux prendre en charge nos patientes et pour faciliter notre travail. 

Comment envisagez-vous l’évolution de votre carrière au cours des prochaines années et comment les investissements publics peuvent-ils vous aider à atteindre vos objectifs ? 

Dans les prochaines années, je voudrais me spécialiser en gynécologie. C’est une passion et j’ai encore beaucoup à apprendre et à donner. Avoir une subvention de l’Etat à travers une bourse de formation pourrait beaucoup m’aider. Je remercie Pathfinder qui œuvre déjà à la formation continue des agents de santé comme moi, nous permettant de nous perfectionner au quotidien. Avec l’appui et la volonté de tous, j’ai foi que l’avenir sera meilleur. 

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ? Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’une personne que vous avez aidée ? 

En 2022, je suis allée au marché un matin pour faire quelques courses. J’ai entendu une femme crier “Madame, Madame !”. Surprise, je me suis retournée et c’est à moi qu’elle s’adressait, mais je ne la connaissais pas. Elle a insisté et m’avait rappelé que je l’avais aidée à mettre au monde son enfant et a noté le professionnalisme avec lequel elle avait été traitée. Cela fait chaud au cœur d’être appelé en public et de recevoir une telle reconnaissance pour son travail. Pour moi, il n’y a pas de satisfaction morale qui dépasse cela. Ce témoignage m’encourage à continuer à aider d’autres femmes avec plaisir et professionnalisme. Je ressens le besoin constant d’être au service de celles qui ont besoin de mes services.

Nassirou Napon
major à la formation sanitaire non-gouvernementale “La Grâce”

Burkina Faso

Le frère aîné de Nassirou l’a encouragé à devenir agent de santé. Il a choisi la santé reproductive pour aider sa mère, qui est également agent de santé au centre de santé La Grâce. Il dit avoir beaucoup appris sur la santé sexuelle et reproductive grâce à sa mère et aux formations de Pathfinder. Il est actuellement major et joue plusieurs rôles au centre de santé, notamment celui de coordonnateur du service de la maternité. Il voit en moyenne 15 patientes par jour.

Quels sont les investissements réalisés par le gouvernement et les bailleurs dans les agents de santé qui vous ont aidé à mieux effectuer votre travail ?  En ce qui concerne le gouvernement, le ministère de la santé a beaucoup contribué à l’amélioration de la qualité de nos données. Par exemple, c’est le district sanitaire qui nous fournit les registres de consultations et c’est là-bas que nous déposons nos rapports.

En outre, en tant qu’agent de santé, j’ai fait ma formation dans le public. Je peux donc dire que c’est grâce à cet appui du public que je suis agent de santé aujourd’hui.

En ce qui concerne les partenaires privés, c’est uniquement Pathfinder qui nous aide dans notre formation et en matière d’équipement. J’ai pu être performant grâce à cet important appui de Pathfinder. 

Quels sont les investissements qui doivent encore être faits ? 

Ce que nous souhaitons en termes d’accompagnement aujourd’hui, c’est d’abord que le ministère de la santé continue à avoir un œil sur les formations sanitaires non-gouvernementales à travers la supervision et le contrôle pour nous guider à tout moment. Par ailleurs, les investissements étatiques doivent concerner le matériel médico-technique et la formation des agents des formations sanitaires pour nous aider à mieux travailler.

Comment envisagez-vous l’évolution de votre carrière au cours des prochaines années et comment les investissements publics peuvent-ils vous aider à atteindre vos objectifs ?

Ma première ambition, aujourd’hui, est de pouvoir intégrer la fonction publique. Cela me permettrait d’être utile à plus de personnes dans mon travail. Ensuite, je voudrais me spécialiser dans un domaine de la santé, notamment la chirurgie ou la pédiatrie. C’est l’une des raisons pour lesquelles je voudrais intégrer la fonction publique où j’aurai plus de possibilités d’atteindre ces objectifs de carrière. À défaut, ce serait bien que le ministère de la santé intègre davantage les formations sanitaires non-gouvernementales dans sa stratégie globale pour permettre à leurs agents de profiter de certaines opportunités de formation.

Quel est le moment dont vous êtes le plus fier dans votre carrière ? Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’une personne que vous avez aidée ? 

Un jour, une dame est venue au dispensaire avec son enfant. Elle avait fait le tour de plusieurs formations sanitaires, mais l’état de l’enfant ne s’améliorait pas. Une connaissance lui a alors dit de venir chez nous. J’ai pris l’enfant en charge et au bout de quelques jours, il a recouvré la santé. J’avais oublié cet épisode, je ne faisais que mon travail. Un jour, en circulation à moto avec un ami, nous avons eu une crevaison. Une fois chez le mécanicien, une femme m’a interpellé et m’a remercié d’avoir soigné son enfant. Je ne m’en souvenais plus. Elle m’a alors relaté les faits. Ce sont des moments de fierté unique de se trouver dans un endroit avec un témoignage pareil au moment où tu t’y attends le moins.

More Stories

Championing Digital Solutions for Improved Health Care Delivery to Mothers and Children

The GeoST4R project, funded by the Bill & Melinda Gates Foundation, employs innovative digital strategies that contribute to data-informed decisions…

Read More

Ending AIDS in Children—The Time is Now

ACE2 improves prevention, care, and treatment in three Nigerian states Despite almost halving the number of HIV infections since 2010…

Read More

Health for All: Time for Action

Countries Reflection on UHC Global Monitoring Report and Actions Needed to Accelerate Progress Each year on December 12th, Universal Health Coverage…

Read More